La pensée nomade: un processus d’innovation artistique

Fabrice Raffin

conference: DARE 2015: the dark precursor
date: ongoing
venue: De Bijloke Music Center, Mezzanine
format: in absence
practice: transversal
keywords: nomadology, war-machine

abstract about the author(s)

abstract

Repenser l’innovation artistique, requalifier les avants-garde contemporaines, non à partir de leur production mais à partir d’une démarche et des processus de création, des postures artistiques, tel est l’objet de cette communication. Pour ce faire, le propos s’appuiera sur le “traité de nomadologie” et la possible définition d’un concept de pensée nomade comme processus artistique innovant, quelle que soit la discipline concernée. La présentation sera illustrée par des projets artistiques contemporains comme Gigacircus et Conteners, comme exemple de mise en application créative de la pensée nomade et des mobilités.

Pour ces expériences artistiques, la pensée nomade et le nomadisme artistique ne sont pas uniquement affaire de mobilité. Si, dans le monde des arts, la mobilité constitue un principe nécessaire de diffusion voire de création, le nomadisme artistique relève d’une référence à la fois plus large et plus profonde si l’on considère le statut de l’artiste aujourd’hui et les contours du monde de l’art. Précisément, le nomadisme n’est pas seulement un mode de mobilité physique, “selon la lecture que Deleuze fait de Nietzsche, il est une forme de pensée qui suit une ligne de fuite qui ne se laisse pas prendre dans les mailles des forces institutionnelles.”

Cette forme de pensée est constitutive de la figure de l’artiste dès le 19ième siècle. Néanmoins, de fait, elle n’implique pas systématiquement la mobilité physique. Au 19ièmesiècle, la pensée nomade est avant tout une posture fondée sur une défiance des pouvoirs et mœurs d’une époque, une « machine de guerre » qui n’implique pas le déplacement, l’échange ou la confrontation directe. Elle apparaît plus comme un mode d’opposition au « monde bourgeois », à l’académisme, à l’État, qu’un nomadisme physique ou un « mouvement social » au sens strict.

La pensée artistique nomade va ainsi puiser au 19ième siècle dans l’autonomisation d’un « champ » où le monde de l’art se construit sur la figure d’un individu qui affirme son individualisme et son identité créatrice. Plus précisément, cette logique de l’art nomade si l’on suit Deleuze et Guattari dans leur « Traité de nomadologie » pourrait se décliner selon plusieurs caractères que nous développerons dans notre intervention: Processus (Hydraulique, tourbillonnaire, hétérogène, problématique); Formes et contenus (Symétrie, asymétrie, dissymétrie); Art excentrique (excentré—centrifuge); Art nomade (écart au monde et construction de soi).

about the author(s)

Fabrice Raffin

Fabrice Raffin is a socio-anthropologist, lecturer at the University of Picardie Jules Verne and Sorbonne Nouvelle Paris 3. He is director of research of SEA Europe in Paris. Former scientific adviser for the French Minister for Culture and Heritage, he specialises in the analysis of artistic practices and the city, urban planning, and urban development. Raffin is author of Poitiers, Genève, Berlin—Friches industrielles—A Changing European Cultural World (Editions l’Harmattan, 2007) and co-author of Factories of the Imagination (Ed. Imprimeur, 2000). As a testimony to the expertise and running process of those places, this work also deals with the issues of their urban, social, cultural, and political inscription in order to emphasise how they can be useful to cultural action.

info & contact

affiliation

Picardie University-Amiens et Sorbonne Nouvelle-Paris 3, FR

email

fbraffin@gmail.com